Le lit civilisé

Exhibition

MB_copie

Suite à leur résidence en Bosnie-Herzégovine Mathieu Boisadan et François Génot convoquent leurs souvenirs, leurs savoir-faire, leurs sensibilités… dans une exposition commune réalisée à quatre mains.

Au fil d’une expérience singulière, d’une plongée dans les gorges de la Vrbas le premier jour de leur arrivée, ils tenteront de retracer à travers leur pièce unique ce sentiment “d’état second” de la nouveauté des voyages (instant rêvé, en apnée qui stimula les projets à suivre, instant terriblement lucide qui scella la découverte d’un pays et de tous ces enjeux géopolitiques, instant magique et irréel qui révéla la beauté et la difficulté des paysages) et d’y intégrer le feed-back de leur séjour.

Le lit civilisé évoque une petite portion de la rivière partiellement asséchée sur la route de Jajce. Paysage désolé où s’articule des problématiques aussi différentes que la question des conflits de civilisations, de la présence permanente de la guerre bien qu’enfoui sous une nature dynamique, le croisement des cultures au creux de l’histoire ; où la géologie sert de témoin.

Le long de la route à la surface de l’eau, “la mer de glace”, une hallucination retrouvée dans la célèbre peinture de Friedrich.

Suite à leur résidence en Bosnie-Herzégovine Mathieu Boisadan et François Génot convoquent leurs souvenirs, leurs savoir-faire, leurs sensibilités… dans une exposition commune réalisée à quatre mains.

Au fil d’une expérience singulière, d’une plongée dans les gorges de la Vrbas le premier jour de leur arrivée, ils tenteront de retracer à travers leur pièce unique ce sentiment “d’état second” de la nouveauté des voyages (instant rêvé, en apnée qui stimula les projets à suivre, instant terriblement lucide qui scella la découverte d’un pays et de tous ces enjeux géopolitiques, instant magique et irréel qui révéla la beauté et la difficulté des paysages) et d’y intégrer le feed-back de leur séjour.

Le lit civilisé évoque une petite portion de la rivière partiellement asséchée sur la route de Jajce. Paysage désolé où s’articule des problématiques aussi différentes que la question des conflits de civilisations, de la présence permanente de la guerre bien qu’enfoui sous une nature dynamique, le croisement des cultures au creux de l’histoire ; où la géologie sert de témoin.

Le long de la route à la surface de l’eau, “la mer de glace”, une hallucination retrouvée dans la célèbre peinture de Friedrich.

 

 

Partnership

9 June – 31 July 2010

apollonia venue