Philoxénie

L’exposition

Agrippée sur le dos de Zeus, transformé en taureau, la jeune princesse Europe traversa la Méditerranée et se lança vers l’inconnu. Après ses pérégrinations, elle fut accueillie par les crétois où elle prospéra. Ce voyage vers l’autre, vers ce qui est différent, pourrait être l’allégorie de l’Europe.

La mythologie symbolise et préfigure déjà les fondements d’un continent. Ses racines se nourrissent de la mobilité des peuples, des rencontres et des échanges culturels entre diverses populations. L’Europe fut le lieu des migrations permanentes mais aussi de l’accueil et des confrontations culturelles.

Bien que d’une forte singularité, la ville de Berlin, à l’image des villes européennes, se construit et se développe grâce aux migrations multiples, des populations nouvelles s’y installant durant des siècles.

La ville est aussi le jeu des mutations sociologiques* dont l’évolution ouvre d’énormes chantiers urbains mais aussi citoyens. C’est Berlin qui accueille encore aujourd’hui plusieurs milliers de réfugiés et de migrants, accueil qui constitue un des plus grands défis actuels de la construction européenne.

e.cité, notre cycle de manifestations mettant l’accent sur les démarches artistiques des différentes villes en Europe, se focalise cette fois-ci sur la spécificité de la création contemporaine des artistes vivant à Berlin.

« Philoxénie » est le titre d’un événement, regroupant des artistes représentatifs de la pluralité et du cosmopolitisme berlinois, mais aussi du bouillonnement créatif et dynamique de cette ville.

Les œuvres

Présentées en deux étapes, les œuvres de Stephen Wilks, Daniel Seiple, Stefanie Bürkle et du collectif KUNSTrePUBLIK traduisent les tensions et les interrogations d’une société en plein bouleversement face aux situations d’une migration de masse et à son intégration. Plus qu’une exposition statique et traditionnelle, il s’agit ici de faire prendre sens aux œuvres grâce à la participation et à l’implication du public.

Ainsi la Table-Ville, en porcelaine, de Stephen Wilks, s’anime, en dépit de sa fragilité, grâce aux débats entre les convives, le temps d’un diner. Plusieurs centaines des bouteilles d’eau minérale, créées en céramique dans des formes uniques et individuelles, complètent la scène, évoquant le drame qui se joue à chaque instant aux rives européennes de la Méditerranée.

Même préoccupation chez l’artiste Daniel Seiple qui, lors d’une performance, se jettera avec son bateau, le Making Waves, construit avec des refugiés syriens, dans un long périple fluvial, partant de Berlin pour rejoindre Strasbourg en avril. L’aventure sera retransmise en direct sur les réseaux sociaux et dans l’espace d’Apollonia.

Notre espace accueillera également une importante installation Migrating Spaces de l’artiste Stefanie Bürkle. Celle-ci est le fruit de quatre ans de recherches universitaires et artistiques mettant en évidence les influences de la migration vis-à-vis de l’espace urbain. En se penchant sur le phénomène de remigration turque, Stefanie Bürkle démontre, à travers des images et des témoignages, comment les relations inter culturelles changent l’image et la structure d’une cité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aussi, dans un deuxième temps sera dressée dans le jardin d’Apollonia, à quelques encablures du Parlement Européen de Strasbourg, une tente de plus de 7m de haut, entièrement composée de gilets de sauvetage des migrants récupérés par le collectif d’artistes KUNSTrePUBLIK sur l’île de Lesbos. La tente se transformera en un parlement alternatif où seront organisés régulièrement des débats citoyens.

tente carrousel

Autant d’œuvres que de regards engagés des artistes sur notre époque et notre société !

HORAIRES D’OUVERTURE

Lundi : FERME
Mardi : FERME
Mercredi : 11h – 18h
Jeudi : 11h – 18h
Vendredi : 11h – 18h
Samedi : 14h – 18h
Dimanche : 14h – 18h

*D.Bocquet et P. Laborier, Sociologie de Berlin, 2016.