Artecitya Robertsau

Réinventer la cité par la culture :
Le projet d’aménagement citoyen, naturel et artistique de
l’entrée sud de la Robertsau, par Apollonia


Dimitri Konstantinidis, « invité de l’apéro » de Rue89 Strasbourg

le jeudi 28 juin à 18h au bar du Graffalgar
17 rue déserte 67000 Strasbourg

 

Café culturel

le vendredi 25 mai à 18h au centre socio-culturel de l’Escale

78 Rue du Dr François, 67000 Strasbourg


Une première vue de ce que pourrait-être l’espace d’expositions – © Cabinet d’Architecture et d’Urbanisme Georges Heintz et Associés.

Petit rappel :

Apollonia est une association à but non lucratif basée à Strasbourg visant à promouvoir les échanges artistiques européens. Dans son espace et son jardin, situés au 23 rue Boecklin, Apollonia organise des expositions, des conférences et des résidences artistiques.

Le projet d’aménagement :

En 2017 l’association a proposé à la ville un projet urbain en rupture avec les pratiques actuelles de l’aménagement. C’est cette proximité et la possibilité du dialogue lors des nombreux moments et évènements culturels, qui ont permis d’entendre les besoins citoyens, le plus simplement du monde.

C’est une vision généreuse, participative et urbaine, mais aussi méthodologique qui s’est imposée et qui s’inscrira dans la durée au moyen d’une conduite de projet.

Ce nouveau lieu comprendra une vie culturelle et associative, des logements, des espaces de loisirs, de sports, et d’autres lieux de rencontres qui permettront le développement d’une vie sociale. Pour la viabilité économique de l’ensemble, le modèle d’un hôtel a été privilégié. Celui-ci portera une bonne partie du compte d’exploitation permettant de produire un loyer en capacité d’intéresser l’investisseur des murs.

Ce qui est nouveau dans la proposition d’Apollonia, et qui n’a pas manqué de dérouter les services de la ville, et les acteurs traditionnels de l’aménagement, tient en quelques étapes. Considérons qu’il agit d’une commande privée sur des terrains tant publics que privés. Il était nécessaire alors de constituer un groupe de travail autour d’une maîtrise d’œuvre portée par Apollonia, avec les services de la ville, un architecte, un AMO, un paysagiste, un bureau d’étude environnemental, un conseil immobilier et surtout un investisseur.

C’est une prise de risque, d’autant qu’Apollonia n’avait pas d’expérience. Pourtant mois après mois, le processus itératif autour d’échanges ouverts avec tous les acteurs, a rendu possible la conception du projet et son acceptabilité par le service de la ville. Les investisseurs ont validé le programme. L’utopie devenant réaliste… même s’il reste encore beaucoup à faire.

Le Financement :

Le budget prévisionnel est estimé à 25 000 000€.
Le projet est entièrement financé par des fonds privés. Une partie d’environ 10% est réservée prioritairement au grand public.

Le programme en quelques chiffres :

– Trois parcelles, une privée et une appartenant à la collectivité : 1 700+1 200+1 800 m2
– Un jardin-potager artistique et participatif de 1 700m2
– Une promenade active et créative de 850m
– Un équipement culturel et de loisirs qui comprend :
– Un art-hôtel hybride
– Un Centre d’art européen de 770 m2
– Un restaurant de 300 m2
– Entre 80 et 100 chambres
– 15 ateliers sociaux d’artistes
– Un espace polyvalent (co-working, danse, piano bar) de 2 000 m2

Un jardin artistique et participatif :

Les artistes venus de divers horizons seront totalement impliqués dans ce processus de co-création inédit d’un nouvel espace privé mais ouvert au public. Le cœur du «sillon vert» sera le futur jardin potager artistique et participatif. C’est un lieu d’exposition, mais aussi un espace culturel : c’est une œuvre d’art. C’est aussi un lieu de rencontre et de lien social, où les habitants de la Robertsau et les futurs hôtes et habitants des ateliers sociaux pourront se retrouver tant pour partager un repas que pour cultiver fruits et légumes.

Un équipement culturel et de loisir :

Il ne s’agit pas de réaliser différentes fonctions côte à côte, mais bien de proposer un projet cohérent et interconnecté qui permettrait à tous les éléments le composant non pas d’être isolés, mais bien au contraire de faire partie d’un tout. Il s’agit presque d’une micro cité intégrée à la ville, d’un quartier atypique et vert au sein de la Robertsau et de l’agglomération strasbourgeoise.

Formation, insertion et création d’emploi :

Une des mesures phares du projet d’aménagement est l’aspect social par l’insertion des jeunes. Dans un principe de collaboration et de transmissions des savoirs, les aménagements imaginés par les artistes, les architectes et les designers proposeront des formations et participeront à la professionnalisation des jeunes. Un tel projet pourrait permettre la formation dans le bâtiment, le jardinage, le maraîchage ou encore des métiers spécialisés utiles par exemple à la fabrication des œuvres d’art, d’un grand nombre de jeunes qui souffrent d’un marché de l’emploi fermé et exigeant, qui laisse de côté les individus non formés ou non spécialisés.