…INTELLIGENCES FURTIVES

TACITES OU INSOUPÇONNÉES – DES INTELLIGENCES FURTIVES

Patrick Bailly-Maître-Grand, Hommage à Arp, 1988

Exposition : du 2 février au 7 avril 2019

 

« Dans l’expérience du beau, il y a intensification et accélération de la vie, le sentiment s’unit facilement à la force ludique de l’imagination. »  Jacques Derrida

L’art n’est pas « donné ». On peut entendre ce don dans tous les sens du terme, même et surtout quand il est «cher» au cœur et à l’esprit de ses admirateurs. Dans un projet qui invite le spectateur à être surpris par le rapport, plus ou moins direct, entre une photographie et une correspondance (consciente ou non, avouée ou non) il eût été exemplaire de pouvoir montrer deux originaux : le tirage photographique, mais aussi la peinture ou la sculpture référente.

Sans polémiquer, ou politiser, la confiscation des œuvres par les musées, comment espérer par exemple, faire venir du Louvre vers un Centre d’Art, la Vénus de Milo ? Qu’en serait-il des coûts de transport, d’assurance, et, des charges de gardiennage ? Voilà pourquoi la modeste carte postale, médium éminemment démocratique, a été citée à comparaître en tant que témoin ; ne se faisant pas passer pour ce qu’elle n’est pas, elle est la plus efficace pour laisser libre l’imagination.

Le collectionneur d’œuvres originales, datées et signées, ici, des photographies,
 se donne le rôle de passeur en proposant un JEU, comme un exercice d’admiration et d’observation, qui aurait le courage de toucher au sacré de certaines icônes
de notre mémoire collective.

 

Madeleine Millot-Durrenberger

 

http://

« Quand les photographies contemporaines dialoguent avec des tableaux plus anciens, une exposition à découvrir à la galerie Apollonia. »

Emission d’Alsace20