No limits, Peter Weibel : De la réalité virtuelle à la réalité augmentée

Exposition

Du 9 au 31 mai 2011

Espace Apollonia


Artiste : Peter Weibel

Programmation : Jens Barth


À travers deux installations inédites, Peter Weibel interroge le rôle des médias dans l’appréhension de la réalité, de l’objectivité de l’histoire et de la connaissance :

Life in the 20th century. 250 million murders
Installation, réalité augmentée, 2011

Muni d’un iPad, le visiteur est invité à circuler dans l’espace d’exposition. Au-delà du lieu qui l’entoure qu’il découvre à l’écran grâce à la caméra de l’appareil mobile, apparaissent alors plusieurs globes flottants dans les airs. En se déplaçant de manière à avoir une vision à 360 degrés, c’est en réalité 10 globes que l’on découvre, chacun représentant une décennie du XXe siècle.

Apparaissent alors dates, noms de guerres, famines, conflits ou génocides et le nombre de mort qui leur sont associés.
Alors que les gouttes de sang s’écoulent, une voix énoncent dans une répétition effrayante, l’ensemble des tragédies du siècle précédent.

Ce que l’on découvre à travers l’écran de l’iPad n’est pas simplement notre environnement habituel, la présence de ces globes fait de cette installation une « réalité augmentée ». L’utilisateur découvrant, par le biais de l’iPad, l’espace réel dans lequel il se trouve plongé dans un monde virtuel.

Les incidents du XXe siècle prennent ainsi place dans l’intimité de chaque visiteur. Le déroulement de ces guerres et conflits apparaissent dans notre propre espace et nous interroge sur la place que nous occupons dans le système.

Sommes-nous simple spectateur ? Agissons nous dans le système dans lequel nous évoluons ? Quelle est notre place dans ce système générateur de guerres et génocides ?

Au fil des milliers de morts énoncés par la voix, nous pouvons aussi nous interroger sur la nature de toutes ces vies enlevées. Les catastrophes naturelles ne représentant qu’une infime partie des victimes en comparaisons aux dégâts causés par l’espèce humaine qui a engendré et engendre encore et toujours des millions de morts.
Alors que notre système engendre chaque année plus de 2 500 000 morts, dans quel monde évoluons nous

Idées : Peter Weibel
Programmation informatique : Jens Barth


The wall, the curtain (border, the) or Lascaux
Installation, réalité virtuelle, 1994-2011

Kletterwand_klein

Lorsque le visiteur s’approche de la bibliothèque qu’il découvre dans l’espace d’exposition, sa présence est détectée par un capteur et retranscrit en signaux numérique. Ces informations sont alors traitées de manière à influencer la projection en fonctions des mouvements effectués par le visiteur. Par le bais d’une programmation informatique, le spectateur se trouvant face au mur se trouve alors projetés dans une silhouette virtuelle au sein de l’installation. Ses moindres mouvements font évoluer les livres se trouvant sur les étagères. La frontière entre monde virtuel et réel se complexifie.


Vernissage le 7 mai à 19h en présence de Peter Weibel