Fenêtres sur Mers

Exposition, Mur de Berlin 20 ans après

exposition 7 avril – 5 juin 2011

visu-khaled
Khaled HAFEZ “Visions of Contaminated Memories”, 2007

Artistes : Michael Bielicky et Kamila B. Richter (République Tchèque / Allemagne), Khaled Hafez (Egypte), Ibro Hasanovic (Bosnie-Herzégovine), IRWIN (Slovénie), Artur Klinov (Belarus), Anila Rubiku (Albanie / Italie) + sélection thématique de « Regards projetés »

Commissariat : Dimitri Konstantinidis et Katerina Koskina


Le projet Fenêtres sur Mers montré à Strasbourg en 2009 est repris par le Musée National d’art contemporain de Thessalonique et présenté dans l’architecture unique du Thessaloniki Concert Hall. La spécificité du lieu de monstration ne permettant pas d’accrochage mural, seules les installations et les projections vidéos seront présentés aux spectateurs grecs.

Fenêtres sur Mers est l’aboutissement d’un travail de recherches réalisé à travers des voyages de prospection et des rencontres avec les acteurs culturels de notre littoral européen. De la mer Baltique à la Méditerranée, en passant par la mer Noire. Mais pas seulement. Nous avons accordé une place particulière aux artistes, aux commissaires d’exposition et aux critiques qui envisagent la création artistique comme un outil de dépassement.
De fait, nous nous sommes intéressés à la question des frontières – espaces limitrophes, terres des minorités, zones d’invasions, lieux d’échanges et de conflits, histoires des migrations. Les mers sont, pour nous, à l’image de ses diverses houles, vagues de mouvements de la mobilité artistique et agitations de la création contemporaine qui, sans cesse, interrogent notre monde, relèvent le défi de l’innovation.

Frontière à la fois emblématique et symbolique, le Mur de Berlin est certainement l’illustration la plus pertinente en ce qui concerne les préoccupations précédemment évoquées.
20 ans après sa chute, pouvons-nous réellement affirmer la disparition de toutes frontières mentales, culturelles, spirituelles, sociales, économiques…?
Comment les générations d’artistes ayant connu le mur et celles qui sont issues de « l’après » vivent, ignorent ou traitent ces situations ?

Au delà d’une commémoration nostalgique, il s’agissait davantage d’une réflexion sur notre société, notre quotidien, nos systèmes de pensées, de gouvernances et sur leurs capacités ou non d’aborder et de gérer le lendemain de la chute du Mur de Berlin.

Thessaloniki Concert Hall

En collaboration avec le Musée National d’art contemporain de Thessalonique