Portraits Chypriotes

Exposition, Photographies / art vidéo

21 mars 2013 – 14 mai 2013

Salle du Cheval Blanc
Schiltigheim Centre

Thomson-044
John THOMSON (1837-1921) “Moines orthodoxes grecs au monastère de Saint-Panteleimonas”

PHOTOGRAPHES:

Vahan Avedissian (1902 – 1962), Edward’s (1902 – 1990), Atelier Glaszner (Charles Glaszner (1856-1926) et Leopold Glaszner (1877-1965)), John P. Foscolo (1852-1927), Haigaz Mangoian (1907-1970), John Thomson (1837-1921), Theodoulos Toufexis (1872-1948)

VIDEOS:

Klitsa Antoniou et Demetris Rousos, « A snake in my nest » (5’)
Senih Cavusoglu, « Famagusta…Femme / gusta » (5’24) ; « SpOIL » (1’52)
Yiannos Economou, « Cross Country Run » (9’20) ; « W.I.P. » (4’)
Achilleas Kentonis et Maria Papacharalambous, « A stroll » (5’11) ; « An Egg » (14’19)
Atesh Kozal, « Wish you where not here » (1’38) ; « Dance » (2’)
Maria Loizidou, « Self Other » (3’30)
Elisa Olympiou, « Under / Above » (4’30)
Artemis Raouna, « Greenline » (2’45)
Andreas Savva, « A cry of Vikos » (0’28)
Lia Lapithi Shukuroglou, « Should I stay or should I go now ? » (1’15)

Copie_de_cavusoglu2
Senih CAVUSOGLU “Famagusta… Femme / gusta”

A travers la photographie et la vidéo, l’exposition «Portraits Chypriotes» tente de décrypter les identités collectives et individuelles de cette région d’importance stratégique entre l’Europe et le Moyen Orient.

Chypre, terre ancienne, située dans la partie la plus orientale de la mer méditerranée, constituait une étape cruciale pour les nombreux explorateurs européens qui, entre le XIXe et le XXe siècles, s’embarquaient pour un « Grand Voyage » à l’époque où le charme du mystérieux Orient se révélait particulièrement attractif.

Des photographes italiens, anglais, arméniens, grecs, irlandais se sont ainsi rendus, à de nombreuses reprises, parfois même installés, sur cette île, carrefour des cultures, afin de dresser son portrait, cosmopolite et pluriel.

Les séries de photographies présentées dans cette exposition constituent un petit témoignage extrait d’importantes archives que le Centre culturel de l’ancien Groupe Laiki possède dans sa collection. A défaut d’avoir engagés ses photographes, comme a pu le faire la Farm Security Administration dans les années 40, à l’occasion de la grande mission photographique lancée aux Etats-Unis, le travail méticuleux de recensement, et de collecte systématique de photographies dépeignant l’histoire de Chypre, constitue une volonté commune d’entretenir une mémoire visuelle et culturelle. Mémoire nécessaire à la reconnaissance d’une unité nationale à l’heure où l’île est à présent déchirée en deux.

Chypre, tourmentée au fil des siècles par des hordes d’envahisseurs, avait à un certain moment de son histoire qui remonte au début des années 70, réussi à avoir une population éthiquement diversifiée vivant en symbiose et en harmonie. Aujourd’hui, et malgré l’ouverture récente de quelques points de passage, le territoire chypriote est divisé par un mur séparant deux communautés, l’une grecque, l’autre turque.

Associer au sein de ces expositions une vision historique et plus contemporaine fait partie des convictions d’Apollonia, considérant que les événements ayant marqué un territoire et donc une communauté artistique, nous aide à comprendre les créations actuelles.

De cette démarche né, en 2006, le second volet de l’exposition « Portraits Chypriotes » à travers la présentation de douze artistes vidéastes, abordant les thématiques de la mémoire, de l’exploration du corps, de l’engagement social et de l’identité. L’une des forces de ce projet, réside dans la volonté d’associer les communautés artistiques présentent de part et d’autre de la ligne verte séparant la République turque de Chypre du nord à la République de Chypre. Lorsque certains puisent leur inspiration dans la situation géopolitique de leur pays, d’autres préfèrent nous livrer une approche beaucoup plus poétique, se détachant de toute notion de territoire et nous livrant ainsi un message universel.

Dans un contexte actuel plutôt morose, certains artistes chypriotes cultivent un humour caustique, typiquement méditerranéen, en nous livrant une série de vidéos où l’ironie et l’autodérision se révèlent être d’excellents protagonistes. Celle sélection sera présentée lors du vernissage de l’exposition « Portraits Chypriotes » qui se tiendra le 21 mars prochain à la salle du Cheval Blanc de Schiltigheim.

Projection d’art vidéo le soir du vernissage à 19hSenih Cavusoglu – Maria Loizidou – Achilleas Kentonis – Maria Papacharalambous

En partenariat avec la Ville de Schiltigheim