No limits, Peter Weibel : Réécrire l’Europe

Exposition

Le 7 mai 2011 de 16h à 19h

Salle des fêtes du Palais du Rhin


Le temps d’une journée, Peter Weibel investit la Salle des fêtes du Palais du Rhin pour nous délivrer sa vision de l’Europe à travers des installations poignantes :

Forteresse Europe
Installation, 1994

FestungEuropa

L’Europe est un masque. L’Europe est une idée bureaucratique et économique. L’Europe n’est pas une idée politique et humaine. Le mythe de la naissance de l’Europe est le viol (Zeus) ou la migration (Enée). L’Europe a exporté le colonialisme et la mort. Le génocide est le programme de l’Europe. Le sommeil de l’Europe génère des monstres. Quand l’Europe se réveillera-t-elle?

Réécrire l’Europe
Installation DVD, 2008

Reecrire-lEurope

Au fil des siècles, les frontières de l’Europe changent, évoluent constamment : de grands empires s’effondrent, d’autres s’étendent pour quelques années, des nomades conquièrent de nouveaux territoires, des tribus et des nations disparaissent, les religions se rependent ou tendent à disparaître, les régimes politiques prennent de l’ampleur puis s’écroulent… L’installation Réécrire l’Europe nous dévoile les différentes transformations subit par l’Europe ces 2000 dernières années. L’ensemble des nations, telles des cellules multicolores aux motifs évolutifs, prend des allures de jeux. Les cellules grandissent, puis meurt, s’échappent puis se fixent. Lorsque nous observons l’évolution constante des frontières au fil du temps, nous prenons conscience du fait que la géographie actuelle n’est qu’une étape, une page dans l’histoire de l’Europe qui puise sa force et son pouvoir dans sa capacité de réécrire constamment ses frontières.

Europa(t)raum
Installation, 1983

De grandes lames de couteaux, partiellement recouvertes de peinture rouge viennent déchirer (perforer / traverser) l’espace consacré à l’installation, où l’on découvre également différentes marques de la même couleur à même les murs. Une caméra, fixée dans un coin, filme les différents éléments se trouvant dans son champs de vision, le visiteur peut ainsi découvrir sur un écran que les différentes tâches rouges prennent sens en venant composer une carte d’Europe monochrome, sans frontière.

L’espace dans lequel le visiteur a la possibilité d’évoluer est éclaté, divisé, disséminé, mais l’image produite par la caméra et transmit par le biais d’un écran de télévision, reflet d’une culture formaté, dévoile une Europe unifiée. L’expérience de la réalité, par le déplacement du visiteur à travers l’installation, éveille la conscience de la perception d’une Europe composite et divisée.

Vernissage le 7 mai à 18h en présence de Peter Weibel