Rencontrer l’Europe – Chypre

2006 – 2007

Novembre / Décembre 2006 – Strasbourg
Juin / Juillet 2007 – Liège (Belgique)

atesh_kozal_Web
Atesh KOZAL, “Wish you were not here”

Rencontrer l’Europe – Chypre:

Mémoires visuelles. Exposition.
Regards Projetés – Chypre. Exposition.
Mémoire. Exposition.
Publication


Exposition itinérante Strasbourg – Liège

« Comment rencontrer l’Europe dans sa diversité et dans la pluralité de ses expressions artistiques ? Comment rencontrer, saisir et comprendre les interrogations des nombreux artistes qui agissent en dehors des systèmes établis et des sentiers battus et comment faire partager leurs visions avec le public ?

« Rencontrer l’Europe » est un cycle de manifestations à travers les arts visuels, inventé et mis en place par notre association, pour essayer d’apporter quelques réponses et d’indiquer certaines pistes de compréhension face à la complexité de l’Europe.

Ainsi, afin de rencontrer l’art actuel de Chypre, nous avons essayé d’établir un dialogue régulier avec les historiens, les critiques d’art et les artistes et d’élaborer avec eux un choix d’œuvres significatif de la création contemporaine chypriote.

Pavlina Paraskevaidou, Marina Vryonidou-Yiangou, Elena Parpa et Daphne Nikita apportent avec leurs regards aiguisés des éléments critiques pertinents pour la compréhension de la situation artistique.
Les jeunes artistes ont été privilégiés et leurs œuvres sont montrées à travers deux importantes manifestations « Mémoire » et « Regards Projetés ». Mais nous avons inclus également des œuvres d’artistes des générations précédentes en vue de mieux comprendre l’évolution de la création durant les dernières décennies et mieux saisir les pratiques actuelles.

Dans le même esprit et dans une volonté de sensibiliser le plus grand nombre de personnes, nous avons conçu une exposition des photographes antérieurs aux années 60, « Mémoires visuelles », qui met en avant l’aspect cosmopolite de l’île et les liens forts avec les autres pays européens. Des photographes italiens, anglais, arméniens, grecs, irlandais ont souvent visité l’île et pour une grande partie d’entre eux, se sont même installés à Chypre produisant un étonnant travail dont la grande partie est inédite.
À travers ces différentes expositions, la question de la mémoire semble être un thème récurrent et une préoccupation centrale pour la plupart des artistes.

D’ailleurs, comment faire l’impasse des événements tragiques de 1974, année de l’intervention de l’armée turque et du traumatisme irréparable créé entre les Chypriotes turcs et les Chypriotes grecs ? Le mur qui sépare encore en deux la ville de Nicosie, comme pour nous rappeler des moments durs de notre histoire récente avec Berlin, témoigne du fossé énorme existant entre les deux parties.

À notre mesure et à notre niveau, nous avons souhaité que des artistes des deux communautés puissent se rencontrer et travailler ensemble dans ce projet commun. Mais nous sommes conscients qu’il faudra inventer des moyens de rapprochement et des situations d’échanges permanents. Parallèlement à la courte durée d’une exposition, il est nécessaire d’instaurer des systèmes de coopération durables qui renforceront la confiance et le respect réciproques. Enfin, il est urgent de donner à ces communautés artistiques des perspectives nouvelles et optimistes en les intégrant dans les réseaux régionaux et européens. »

Dimitri Konstantinidis,
Directeur d’Apollonia, échanges artistiques européens