Résidence d’Eriks Bozis et Kaspars Podnieks

RESIDENCE

Du 19 juin au 30 novembre 2005

Dans le cadre de Rencontrer l’Europe – Lettonie

Kaspars PODNIEKS, “La porte”, installation in situ, 2005

ARTISTES : ERIKS BOZIS & KASPARS PODNIEKS

Commissaire : Dimitri Konstantinidis


La résidence de ces deux artistes lettons est tout d’abord le reflet d’une volonté d’apollonia de promouvoir le travail d’artistes européens dans la région Alsace.

L’année 2005 étant l’année de la Lettonie en France, apollonia a voulu associer son réseau européen en invitants les deux artistes, et a pu également compter sur la participations de partenaires locaux, L’Association des amis du château d’Andlau et l’Association pour la restauration du château de Spesbourg.

Le projet de résidence a été réalisé dans le cadre de l’opération “Promenons nous dans les bois” organisé par ces deux associations.
Il fait également partie du cycle “Rencontrer l’Europe – Lettonie : Surprenante Lettonie“, initié par apollonia,échanges artistiques européens.

“C’est dans la cité viticole d’Andlau qu’Eriks Bozis et Kaspars Podnieks, deux artistes venus de Lettonie, se sont installés en résidence.
Choisis parmi 150 candidats à Riga, Eriks, son assistant Girts Turnelis, et Kaspars ont posé leurs valises aux Gîtes du Val d’Andlau, logés par Catherine Wespy.
La mission du séjour: réaliser et mettre en situation des oeuvres d’art contemporain dans le « triangle » des châteaux d’Andlau, Spesbourg et Hungerplatz. Un premier repérage a eu lieu en mars, destiné à s’imprégner du projet. Le logement des artistes, situé dans le périmètre classé de l’Abbatiale, fut la première « surprise » appréciée des jeunes créateurs. Dans leur atelier jouxtant l’hébergement, les matériaux imposants prennent forme au jour le jour.”
                                                                                                           

Lydie Bischhoff


LES ARTISTES ET LEUR PROJET

Eriks Bozis (né en 1969) et Kaspars Podnieks (né en 1980) ont été choisis pour l’intérêt manifeste qu’ils portent à leur environnement. Le premier s’atèle à dé/reformer le paysage urbain en y introduisant des éléments incongrus, comme un banc-géant. Podnieks est attaché à la campagne. Grand nombre de ses projets consiste à intervenir directement sur l’environnement naturel.

4 caméras“, la première œuvre d’Eriks Bozis, sont disposées le long du chemin. Se promener dans les bois veut dire quitter le monde urbain, pollué, oppressant et parfois inhumain pour rejoindre la nature, pure, apaisante et si souvent ressourçante. En plaçant des caméras de surveillance, l’artiste contrebalance la prédisposition du promeneur qui se voit, soudain, replongé dans l’univers angoissant de la ville. Toutefois, les forêts n’ont pas toujours été perçues comme des lieux particulièrement rassurants. Esprit des bois, êtres maléfiques, elfes et  autres créatures étranges témoignent de nos peurs ancestrales, celles de nous sentir épiés, observés, surveillés… par des forces surpuissantes. Eriks Bozis rappelle, ici, la formidable capacité humaine d’instituer un système « d’auto-frayeur » tant par les interventions de notre imaginaire ou de nos croyances que par l’instauration d’un pouvoir de contrôle via la technologie.

Sa deuxième proposition s’intitule “ATM“. Entre les rochers couverts de mousse se dresse une boîte, plus précisément un distributeur de billets. En pleine forêt ! Étrange ! On propose, donc, de l’argent là où en principe, on n’en a pas besoin. Eriks Bozis porte un regard particulièrement critique sur les pratiques touristiques qui poussent à la consommation excessive et inutile de vacanciers. La mise en place de ce distributeur en pleine forêt souligne l’absurdité de ce système de consommation qui envahit  l’espace public, et qui ne tardera pas à s’imposer même dans les lieux les plus sauvages.

Kaspars Podnieks est venu en Alsace avec un « morceau » de forêt lettone, une photographie de troncs de bouleaux, “La Forêt“. L’artiste met en avant son environnement naturel et en même temps, l’intègre dans celui qu’il rencontre. Simultanément, une photographie de la forêt d’Andlau a été installée dans un bois letton. Il ne s’agit bien évidemment pas d’interchangeabilité, mais d’un échange et plus encore, d’une communion végétale, symbolisant la différence des peuples et leurs étonnantes compatibilités.

L’autre œuvre de Kaspars Podnieks est “La Porte“. Au bout du chemin, on aperçoit une porte rouge. À ouvrir, à fermer, à claquer, à contourner… Toutes les options sont possibles, tout dépend de vous. Franchir le pas, passer du clair à l’obscure, ou inversement, glisser d’un monde à l’autre…L’artiste symbolise avec poésie l’essence de notre existence fondée sur le libre-arbitre, le choix incessant entre le pour et le contre, l’ouverture ou la fermeture, l’acceptation ou le refus… ou bien, le contournement, la fuite, l’alternative.

Avec le soutien de :
Drac Alsace | Délégation aux arts plastiques
Région Alsace | Le site de la Région Alsace
Conseil Général du Bas-Rhin | Le site du cg67
Ministère des affaires étrangères de Lettonie