BORCIC BARBARA

Barbara Borčić est une historienne de l’art, membre de l’AICA, Association Internationale des Critiques d’Art, active dans le domaine de l’art contemporain en tant que conservatrice indépendante et écrivain, mettant l’accent sur la performance et l’art vidéo. Conseillère de programme (réalisatrice 1997-2015) et responsable des programmes vidéo et de DIVA Station Video Archive au SCCA-Ljubljana, Centre d’Art Contemporain.

Elle est l’auteure de Videodokument : Art Vidéo en Slovénie 1969-1998, la première documentation et recherche systématique sur l’art vidéo en Slovénie, importante dans la définition de la terminologie et dans l’établissement de bases théoriques pour de futures recherches. Elle a organisé de nombreux programmes d’art vidéo en Slovénie (sous le titre Videospotting) et les a présentés dans le monde entier, de Moscou, Le Caire, Manille, Berlin à Londres, Los Angeles et New York.

 

Elle a organisé un certain nombre d’expositions, par ex. Que Faire avec les Archives Audiovisuelles ? (Galerie Kapelica, Ljubljana, 2005); DIVA à la galerie Škuc (Galerie Škuc, Ljubljana, 2009); Course avec le Temps. Performance et Vidéo dans un Rétroviseur (Institut de théâtre, Ljubljana, 2014, Zone Grise , Korčula 2015); Pratiques Multimédias et Lieux de Production (avec Igor Španjol, Musée d’Art Contemporain, Ljubljana 2017).

Elle a régulièrement donné des conférences et publié des textes dans des catalogues, des magazines et des livres: par ex. Art Vidéo Du Conceptualisme au Postmodernisme, dans : Histoires Impossibles: Avant-gardes historiques, Néo-Avant-Gardes et Post-Avant-Gardes en Yougoslavie, 1918-1991 (Cambridge, Massachusetts: MIT Press, 2003); La Main Visuellement Qualifiée d’un Peintre en Maîtrise de la Technologie et de l’Ingénierie, Mehatron Noordung (Musée d’art contemporain, Zagreb, 2004); Manifesta Dans Notre Arrière-Cour : Réflexions sur un Projet de Recherche (avec Urška Jurman), La Décennie Manifesta. Débats sur les Expositions d’Art Contemporain et les Biennales en Europe post- Mur de Berlin (MIT Press, Cambridge, 2005); Pratiques curatoriales dans le milieu culturel slovène, Traduction Curatoriale (Centre EURO, Skopje, 2008); Ce que la Télévision Peut Être, et Ce Pour Quoi les Artistes Peuvent l’Utiliser, dans : Amuse-Moi (Ljubljana : Galerie de Mestna, 2013); La Galerie ŠKUC, Culture alternative et Neue Slowenische Kunst dans les années 1980, dans : NSK De Kapital à Capitale. L’Art Nouveau Slovène – L’vénement de la Décennie Finale de la Yougoslavie (Z. Badovinac, E. Čufer et A. Gardner ( Ljubljana : Moderna galerija & Cambridge, Massachusetts: MIT Press, 2015).

 

Elle est l’auteure de livres, par ex. : Stvar / Chose: Marko Kovačič, Histoire courte – Partie I (1994); Celostna umetnina Laibach. Fragmentarni pogled [Gesamtkunst Laibach.Vue Fractionnée] (2013).

Elle a été rédactrice en chef du magazine des Beaux-Arts Likovne aux côtés de [Art Words] (1991-1992), Le Monde de l’Art, École des Conservateurs et Critiques d’Anthologie de l’Art Contemporain (SCCA-Ljubljana, 2002-2012) et de catalogues raisonnés, par ex. Media in Media  (SCCA-Ljubljana, 1997); La Vue Amoureuse : Marko Kovačič, Histoire courte – Partie II (2006) Alenka Pirman. Œuvres collectées (MGLC, Ljubljana, 2015).

Elle a participé à plusieurs symposiums, expositions et festivals internationaux, par ex. Ostraniene (Dessau), SEAF (Rotterdam), Interstanding (Tallinn), Outskirts (Vittoria), Transmediale (Berlin), Ars electronica (Linz) et L’Emergence de l’Art Vidéo en Europe : Histoire, Théorie, Sources et Archives (Paris).

En tant que directrice artistique de la galerie ŠKUC dans les années 1980 (1982-1985), elle s’est impliquée dans la «scène artistique alternative» de Ljubljana – le mouvement culturel très répandu en Slovénie – développant des pratiques artistiques passionnantes et une critique sociale. Entre 1982 et 1992, elle a participé plusieurs projets vidéo d’art et de documentaire. De 1991 à 1992, elle fut rédactrice du magazine des Beaux-Arts Likovne besede [Art Words] et édita un numéro spécial sur la guerre en Yougoslavie intitulé L’Art est Plus Fort que la Mort, centré sur les pratiques artistiques et culturelles qui exposent le corps, sa vulnérabilité et sa force et présentant diverses attitudes envers le cadavre et la mort.

Dans le cadre de SCCA-Ljubljana, elle fut co-commissaire des projets d’exposition Urbanaria et Media in Media ; une des reponsables de Videodokument : Video Art en Slovénie 1969-1998 (documentation et projet de recherche), Videospotting (programmes vidéo programmés) et Internet Portfolio (projet web curaté); une consultante du World of Art, Ecole des Conservateurs et des Critiques d’Art Contemporain et co-éditeur de Žepna Pocket Edition et un certain nombre de projets de recherche / publications, par ex. PlatformaSCCA: Manifesta dans notre Arrière-Cour et Que Faire De “Balkan Art” ? ; Un tour vidéo. Elle dirige des programmes vidéos et DIVA Station Video Archive d’Œuvres Vidéos et de Nouveaux Médias en Slovénie.

Barbara Borcic a été invité par Apollonia pour faire une sélection d’art vidéo slovène dans le cadre de “e.city – Ljubljana”.