Marta DESKUR

capture-decran-2016-03-18-a-13-53-04

Née en 1962 à Cracovie.

 

De 1983 à 1988, Marta Deskur a étudié à l’Ecole des Beaux-Arts, à Aix-en-Provence, France. Elle a participé à de nombreuses résidences d’artistes à Riga, Berlin et New York. Depuis le début des années 90, ses oeuvres ont beaucoup voyagé, ayant été exposées dans des galeries en Pologne, France, Allemagne, Hongrie, République Tchèque, Corée du Sud et les Etats-Unis. Certaines de ses oeuvres appartiennent également à d’importantes collections d’art en Pologne, parmi lesquelles: le Centre d’Art Contemporain du Château d’Ujazdowski (Varsovie); la Galerie Zacheta (Varsovie); le Musée National (Varsovie); le Musée d’Art (Lodz); le Centre d’Art Contemporain Bunkier Sztuki (Cracovie).

 

Marta Deskur nous présente l’un de ses derniers projets Vierges (2002). Dans cette série, l’artiste présente des portraits de femmes enceintes, mais le visiteur est confronté à un phénomène irrationnel puisqu’elles sont désignées comme Vierges. Qui plus est, elles ont toutes le même visage, celui de l’artiste.
Plusieurs interprétations de son œuvre peuvent être avancées. De manière évidente, Deskur fait référence à la Vierge Marie et à l’Immaculée conception. Selon de nombreuses traditions, également chrétienne, la perte de la virginité est synonyme de la perte d’une valeur, d’une qualité « idéale ». Or l’artiste rappelle ici que la dépossession de la virginité ne place pas la femme hors de la moralité. Elle peut rester vierge/pure spirituellement. De ce fait, la femme n’a non seulement pas à avoir honte de s’émanciper, mais elle peut même aller jusqu’à l’affirmation de son statut de vierge-femme-mère au-delà de tout dogme. Il s’agirait là, peut-être, d’une tentative de créer un nouveau type d’icône…

DANS LE CADRE DE:

 

 Anne, Marie, Madeleine Photographie polonaise contemporaine.